in

Rifkin’s festival : un Woody Allen en mode mineur [critique]



319573001

Tourné à Saint-Sébastien en 2019, le dernier Woody Allen est un marivaudage cinéphile assez convenu, qui frappe néanmoins par son arrière-goût d’amertume.

Quand il ne tient pas la tête d’affiche de ses films, Woody Allen choisit en général un avatar pour le remplacer, un alter-ego qui peut, selon l’humeur, avoir la tête de Kenneth Branagh (Celebrity) ou de Scarlett…


Lire l’article original Accéder au site


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

le réalisateur des Misérables écrit un nouveau film pour Netflix !

elle dévoile son décolleté XXL en robe sirène ultra-moulante