Pissarro, peintre des villes et des champs


Le peintre est d’abord un naturaliste, comme l’écrit Zola en 1868 dans L’Événement illustré, de ces « interprètes personnels, qui restent profondément vrais tout en gardant leur individualité. Ils sont humains avant tout, et ils mêlent leur humanité à la moindre touffe de feuillage qu’ils peignent ». Les maîtres, qu’ils soient anciens ou contemporains, Pissarro…


Lire l’article original Accéder au site


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Gomez Kodela manquera la reprise avec le Lou, Vilaseca arrive à Vannes… Les coulisses du mercato

Paysages déroulants dans l’art ukrainien