Mort de Jean-Luc Godard : de Vermeer à Matisse, un cinéma traversé par la peinture


Jean-Luc Godard et l’art, sujet sans fin et source d’innombrables analyses. Il est vrai que l’homme aime les citations. Son cinéma en est truffé et cela dès ses débuts avec À bout de souffle (1960) ou encore Pierrot le fou (1965) ou Ferdinand – Jean-Paul Belmondo – se peint le visage en bleu, telle une évocation lointaine d’Yves Klein. Chez Godard la citation est multiple,…


Lire l’article original Accéder au site


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Draft, réforme de la Super Licence… Quel système pour mieux intégrer les jeunes ?

Reconversion du délégué syndical à la SNCF : contraintes, atouts et défis