in

L’espace, nouveau terrain de jeu du « soft power » russe


Le spectacle des steppes désertiques de Baïkonour. Le lent décollage de la fusée Soyouz, à la silhouette reconnaissable entre toutes, qui accélère peu à peu vers le ciel en laissant derrière elle une traînée de flammes et un fracas d’apocalypse. L’emblématique « croix de Korolev » formée par les quatre boosters latéraux se détachant à l’unisson,…


Lire l’article original Accédez au site


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Squid Game : la série coréenne de Netflix bientôt en jeu vidéo ? Qui pour le faire ? Premières rumeurs !

Tirop n’est plus