in

la contamination par les aliments était-elle possible ?


La Direction générale de la santé (DGS) et la Direction générale de l’alimentation (DGAL) ont saisi l’Anses (l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) pour qu’elle évalue le risque de transmission du virus de la variole du singe par les aliments. En effet, dans les pays africains où le virus est endémique, la plupart des…


Lire l’article original Accéder au site


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La collab’ Dua Lipa x Puma s’inspirent de raves nineties, et ça donne des papillons de lumière

Amour et numérologie : tout savoir sur les couples 9