in

Eva Koťátková, l’art de la métamorphose


Mon corps n’est pas une île, l’œuvre gigantesque qu’elle a conçue pour la nef du Capc, traduit son exploration d’un monde collectif, dans le positif comme dans le négatif. Tout est à double sens dans son travail. Elle y égratigne les comportements sociaux, les institutions qui se révèlent aussi oppressantes que contradictoires. Elle y dénonce les systèmes d’éducation trop…


Lire l’article original Accéder au site


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Quelles solutions durables pour l’océan ?

Éric Woerth et son réveil républicain