Croisière sur la Loire : l’art contemporain les pieds dans l’eau, entre Nantes et Saint-Nazaire


Comme les trois sculptures de Dewar et Gicquel, l’immense squelette de serpent de Huang Yong Ping (1954-2019) se découvre à marée basse et disparaît partiellement lors de la remontée des eaux. Avec sa gueule ouverte et ses cent vingt mètres de long, il semble garder la plage de Saint-Brévin et rappelle la courbe du pont de Saint-Nazaire voisin. Telle une chimère, il évoque…


Lire l’article original Accéder au site


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le feu d'artifice serait bienvenu

Russie : le sport en berne…