in

Benjamin Epps : “Les gens commencent à comprendre que le rap, ce n’est pas que la drogue et la moula”


En moins de deux ans, le kid de Libreville, établi aujourd’hui en France, a bousculé les certitudes du rap hexagonal avec trois mini-albums sous influence new-yorkaise 90s. Rencontre.


Lire l’article original Accéder au site


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

celui des personnes attirantes est plus efficace

irving severance s1e1

John Turturro : « À 50 ans, j’ai failli tout arrêter pour aller faire médecine ! »